Le mythe d'Osiris

A l'origine vivait Rê, le dieu du Soleil, maître de l'Univers. Il eut trois enfants : Nout, Geb et Shou. Il entreprit alors de créer et d'agencer le monde.

Geb, mon fils, tu seras le dieu de la Terre. Ton corps s'étendra des confins du levant juqu'aux frontières du couchant.

- Nout, ma fille, tu seras la déesse du Ciel. Ton corps se courbera au-dessus de la Terre pour former la voûte céleste, constellée d'étoiles. Le mariage te sera interdit.

- Shou, tu sera le dieu de l'Air, tu sépareras Nout de Geb et tu veilleras à ce que soit respectée ma volonté.

Mais la déesse du Ciel trompa la vigilance de Shou et s'unit au dieu de la Terre dont elle attend bientôt cinq enfants. En l'apprenant, Rê entre dans une colère terrible et lance cette imprécation :

- Que ma malédiction s'abatte sur toi, fille impie. Tu n'accoucheras ni au cours d'un moi, ni au cours d'un an. Je te voue à a stérilité éternelle !

Résolue à conjurer la malédiction de son père, Nout va trouver Thot, le dieu à tête d'Ibis, maître du Temps. Elle le défie aux dés. La chance est avec Nout. Elle gagne la partie. Thot s'incline.

-Quel gage exiges-ty pour prix de ma défaite ?

- Tu connais la terrible malédiction de Rê. J'implore ta bonté ! Aide-moi à donner le jour aux cinq enfants infortunés que je porte.

Thot accepte. Il crée cinq jour supplémentaires au calendrier, qui viennent s'ajouter aux trois cent soixante existants.

Au cinq jour dits, Nout accouche secrètement de cinq enfant : Osiris, l'aîné au brun visage ; Seth le Rouge ; Isis la magicienne ; Nephtys et Horus l'Ancien. Quelques années plus tard, Osiris hérite du royaume de son père Geb. Il épouse la sage Isis, monte sur le trône d'Egypte et devient pharaon.

Dans son palais, Osiris réfléchit. Dans tout son royaume, des hordes d'hommes sauvages vivent misérablement. Il décide de leur montrer comment planter et couper le blé. Osiris enseigna aux humains les rudiments de l'agriculture et de la pêche, tandis qu'Isis leur apprit le tissage et la médecine.

Pendant ce temps, Seth régnait sur les contrées désertiques et hostiles ainsi que sur les terres étrangères. Jaloux de son frère, il projeta son assassinat.

Pendant un banquet en l'honneur d'Osiris, Seth offrit à l'assistance un magnifique coffre, jurant de le céder à celui qui l'emplirait parfaitement. Quand vint le tour d'Osiris, qui fut le seul à y parvenir, Seth fit refermer et sceller le coffre, tandis que ses complices chassaient les invités et tenaient Isis à l'écart... Seth jeta le coffre dans le Nil, qui l'emporta dans la Méditerranée. Osiris mourut noyé et c'est pour cela qu'il est souvent représenté le visage de couleur bleu ou vert.

Après l'assassinat de son époux, Isis se mit à la recherche de son corps. Elle le retrouva à Byblos, au Liban, d'où, après maints stratagèmes, elle le ramena en Égypte pour l'enterrer et le pleurer.

 Seth finit par découvrir le tombeau, sortit le corps du caveau et le dépeça en quatorze morceaux qu'il dispersa dans le Nil. Isis, l'épouse et veuve fidèle, retrouva les lambeaux du corps de son bien-aimé. Elle entreprit de rassembler le corps meurtri de son défunt mari, avec l'aide de sa sœur Nephtys. Elle embauma le cadavre, assistée par Anubis, lui redonnant une dernière étincelle de vigueur.

Lorsqu'il fut ranimé temporairement par Isis, qui lui insuffla la vie, Osiris put la féconder. Elle lui donna un fils, Horus, « Le vengeur de son Père », qui combattit son oncle Seth dans des joutes interminables. Le tribunal des dieux finit par trancher : Horus entra en possession de son héritage et occupa le trône d'Égypte, comme Pharaon après lui.

Reconstitué par les rites de l'embaumement, Osiris devint la première momie, Ounen-Néfer (« L'éternellement beau ») car protégé de la putréfaction, et revint à la vie telle la terre d'Égypte elle-même après chaque inondation. Devenu le dieu des morts et le Seigneur de l'Au-delà, il transforma son royaume en champs fertiles, les champs d'Ialou.

Depuis, il préside le tribunal divin pendant la pesée du cœur, avec l'aspect que nous lui connaissons, les bras croisés sur la poitrine, portant la couronne Atef, momifié et gainé dans un linceul de lin ne laissant paraître que sa tête et ses mains nues qui tiennent les insignes de sa royauté sur le monde des « Occidentaux ».

Mon Site Gratuit : Horloge Virtuelle pour site internet

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site